Vous êtes ici : Martinique A nu > Patrimoine > Flore de la Martinique > Fruits > Banane
Banane Martinique
En créole Bannann
Fruits

La banane est le fruit du bananier. Première culture de la Martinique, elle couvre environ 25 % de la superficie agricole cultivée sur l'île.

La filière engendre près de 12 000 emplois, dont 6 000 à 8 000 emplois indirects.

Toutefois, en  terme de création de richesse, son poids dans l’économie est relativement faible (1,6 %).

La banane Cavendish représente, près 98 % de la production. Cette variété de banane est cultivée principalement au nord-est, dans la zone du Lorrain et du Marigot et dans le sud-est, dans la région du Vauclin.

La banane figue (moins de 2 % du volume de production) est cultivée sur seulement 300 hectares à destination du marché local.

Production

La récolte des bananes s’effectue toute l’année. Les cycles de production varient entre 9 et 12 mois selon l’altitude et le degré de pluviométrie.

Pour se développer, la plante a besoin de chaleur et d’humidité. Les bananiers produisent un seul régime à la fois qui est coupé vert avant d’être acheminé vers un centre d’empotage où les « mains » sont détachées des régimes puis nettoyées, triées et classées selon trois catégories :

  • Extra, les  bananes doivent  être  de  qualité  supérieure,
  • Catégorie I, les bananes doivent être de bonne qualité,
  • Et catégorie II, les  bananes  correspondent  aux  caractéristiques  minimales.

Commercialisation

Les bananes sont disposées dans des palettes puis entreposées dans des conteneurs réfrigérés de la Compagnie générale maritime (CMA CGM) qui assure leur transport.

Les fruits arrivent verts, au terme de 8 à 10 jours, sur les ports du Havre, de Dunkerque et, depuis peu Marseille, puis sont vendus à des mûrisseries par l’Union des groupements de planteurs de bananes de la Guadeloupe et la Martinique (UGPBAN) où ils achèvent la transformation de leur amidon en sucre. Les mûrisseries revendent ensuite les bananes aux commerces, et notamment à la grande distribution...

Une culture vivrière

L’ordonnance royale du 7 septembre 1736 ordonne la plantation de vingt-cinq bananiers plantain par esclave possédé.

La banane plantain constitue ainsi l’un des aliments principaux des populations maintenues en esclavage aux Antilles.


Proverbe créole du jour

Cé bon pié qui sôvé môvé cô

Les bons pieds sauvent un corps malade

Découvrez cette semaine

Chiffre du jour

2

C'est le nombre de réserves naturelles à la Martinique en 2014.

Espèces en danger
Moqueur gorge blanche

Le moqueur gorge blanche (Ramphocinclus brachyurus), est un oiseau endémique de la Martinique, en danger d'extinction.

Les îles de la Martinique et de Sainte-Lucie sont les deux seuls écosystèmes ...