Vous êtes ici : Martinique A nu > Patrimoine > Artistes martiniquais > Mucisien > Alexandre Fructueux
Alexandre Stellio
Un des maîtres de la biguine
Clarinettiste
Mucisien
Naissance Jeudi 16 avril 1885 (Anses d'Arlet)
Décès Lundi 24 juillet 1939 à l'âge de 54 ans
Parti il y a 79 an(s), 0 mois et 27 jours

Alexandre Stellio, de son vrai nom Alexandre Fructueux, naît à l’Anse Dufour, un quartier de la commune des Anses d’Arlet en Martinique

En 1899, il part vivre en Guyane avec ses parents. 

Devenu adolescent, le jeune Stellio doit travailler afin d'aider sa famille. Virtuose de la flûte il s'essaie à la clarinette et devient très vite une vedette des dancings.

Son maître est un clarinettiste de Saint-Pierre nommé Isambert et surnommé Sèpen Mèg, un des rares Pierrotins à avoir échappé à l’éruption de la Montagne Pelée le 8 mai 1902. 

En 1931, lors de l’exposition coloniale et Internationale de Paris, Alexandre Stellio fait découvrir la biguine qui connaîtra un succès durable.

En 1935 : il se produit avec son orchestre à l’Opéra de Paris à l’occasion des fêtes du tricentenaire du rattachement des Antilles et de la Guyane à la France.

De 1929 à 1939, il enregistre plus d’une centaine de compositions, dont les plus célèbres :

  • Serpent maigre,
  • Pleurez, pleurez, Chabin,  
  • Paris biguine,
  • A l’ombre des palmiers...

Influencé par le jazz et les airs latino-américains, Alexandre Fructueux est considéré comme un des maîtres de la biguine.


Autres mucisiens martiniquais

Proverbe créole du jour

Zafè kabrit pa zafè mouton.

Il faut se mêler de ses affaires et non de celles des autres.

Découvrez cette semaine

Chiffre du jour

1945

Le 27 mai 1945, les premières Martiniquaises votaient.

Espèces en danger
Langouste en Martinique

Considérées pendant longtemps comme des animaux de peu d'intérêt commercial à la Martinique, les langoustes y sont aujourd'hui des crustacés très recherchés.

Ce grand crustacé, dépourvu de pinces,...